Dans une langue à la fois modernisée et d’une grande fidélité au texte de Meslier, Jean-François Jacobs laisse exploser la “bonne parole” de ce curé de village détonnant dans le corps et la voix duquel se fond et se confond Alexandre von Sivers.

À l’aube du Siècle des Lumières, le Mémoire du Curé Meslier critique point par point la doctrine religieuse et le pouvoir des puissants et des tyrans (parmi lesquels, et au premier plan, les prêtres !).

Il constitue, à l’époque, la critique la plus complète des incohérences, des abracadabrances bibliques, évangéliques et monothéistes. C’est aussi la première théorie de l’athéisme, du matérialisme philosophique, et la seule œuvre française avant la Révolution à proposer un programme concret de libération des masses…

Un message en avance sur son temps et encore d’une frappante actualité !

Rencontre avec Serge Deruette (professeur d’Histoire des idées à l’Université de Mons) après le spectacle au Tiroir des Saveurs.

Un spectacle proposé en partenariat avec Humain Philosophe.


Cinémarche asblMarcheCC-Wal-BXLTerre de Festivals